Once upon a time… 2 months

Et voilà. Les aiguilles continuent de tourner sur l’horloge, les grains de glisser dans le sablier, l’eau de goutter dans la clepsydre… Le temps file doucement, plus ou moins sereinement, mais inévitablement. Et me voilà transportée dans ce mois de mai, avant-dernier avant le grand chamboulement. Le départ est palpable, et pourtant l’esprit est plus que jamais ici, à tout vouloir retenir dans un dernier souffle aux odeurs cuivrées.

A deux mois du départ, je vis mes dernières idylles ici, mon coeur tout entier à cette ville. Je vibre de ses festivals, ses brass band, sa musique live, ses groupes de coin de rue, ses verres de vin en terrasse, son soleil de plomb qui fait chanter l’été dès le début du printemps. Il est impossible de réaliser qu’entre les guides du routard et les escapades à la plage, je vis mon dernier mois entier dans ce pays. Que bientôt, je serai nomade de l’autre côté de l’Atlantique.

Et pourtant, ce dernier mois a aussi remis un pied dans le futur. Alors que mon passeport voyage en autonomie au-dessus de l’océan pour aller chercher son visa Russe comme un grand, je réserve pour une bouchée d’euros, des billets dans un avion que je ne prendrai jamais. Je découvre les paperasses de la parfaite petite voyageuse, entre assurance Cap Aventure, et l’aventure aux frontières.

Et cerise sur le cargo, dans cette passerelle entre deux voyages, je change de bateau. Destination Le Havre en aller direct. Treize jours au milieu de l’océan, sans rien d’autre que quelques valises et beaucoup d’émotions. Une flexibilité qui m’offre dix petits jours de plus ici. Un joli cadeau pour encore quelques souvenirs à empaqueter jusqu’à la dernière journée.

Un commentaire sur “Once upon a time… 2 months

Faites scintiller votre plume...