Once upon a time… My last Mardi Gras

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais pendant ces trois semaines qui viennent de passer, en levant les yeux dans la nuit, on pouvait voir un phénomène étrange dans le ciel de Mardi Gras. Les étoiles, elles étaient pas éparpillées tout en bazar, un peu partout dans la voûte céleste, comme d’habitude. Non, les étoiles, elles étaient bien toutes rangées les unes à la suite des autres, dans une ligne droite qui n’en finissait jamais. Y avait de la magie cosmique pendant ce Mardi Gras, encore et encore. Le Dieu tout puissant de Carnaval a été incroyable. Ce dernier Mardi Gras a croisé le petit bateau de ma vie dans une explosion de paillettes, et j’en ai encore les émotions qui chavirent.

Sous un soleil magnifique, à la hauteur de mon bonheur, j’ai pris les petits bouts de mon passé et les ai transformés en beau, en joie et en poésie. Mon costume est né des cendres de mes histoires, et les petits bateaux métaphoriques ont flotté avec une joyeuse simplicité au milieu de cet océan de folie. Ce Mardi Gras s’est ouvert sur un tatouage improvisé avec réflexion, symbole de mes années ici. Il s’est terminé sur une coïncidence invraisemblable de la vie, pour boucler la boucle d’ici. Tout ça ne pouvait se faire qu’avec la magie de Mardi Gras.

Alors, pour sûr, ce dernier Mardi Gras 2017, ça aura été toute une symbolique. Mais aussi des perruques et des tutus. De l’origami et des paillettes. Une fanfare clandestine qui envahit un bar sans électricité. Un sac à main qui scintille comme un trophée. Une pizza délicieuse qui rend délicieusement heureux. Du prosecco et des baisers. Un réveil orchestré par des squelettes avant le lever du soleil. Des messages politiquement incorrects. Des confettis devant ma porte d’entrée. Des pas de danses. Des grillades. Des nuits qui comptent doubles et du sommeil qui compte moitié. Du violet, du vert et du doré. De l’encre noir au creux de mon bras. Des colliers par milliers. Une noix de coco oubliée. Des sourires qui illuminent. Des adverbes. Et surtout le coeur toujours plus léger.

Mardi Gras 2017 from Prin Cec on Vimeo.

Alors, oui, on le sait, mon âme ancrée aime profondément Mardi Gras. Cette folie, cette joie de vivre, cette immense oeuvre d’art bordélique que devient la ville, cette complicité universelle, ce bonheur partagé, ces barrières qui tombent pour une journée, le temps qui s’arrête de tourner. Alors oui, mon âme ancrée va longtemps vibrer de ce dernier Mardi Gras magnifiquement parfait.

Faites scintiller votre plume...